Avertir le modérateur

19/01/2012

Zoom sur...la Réduction des risques

réductions des risques,asud,shoot,injection,sniff,manuel,tso,subutex,méthadoneSalles de consommations supervisées ou salles de shoot, programmes d'échanges de seringues (PES), traitements de substitutions aux opiacés (TSO), manuel du shoot à moindre risque, etc...Triste ceux qui y voient là une banalisation et une incitation à la consommation de produits illicites. Peut-on jamais se résigner à croire que le désir oppressant, le besoin impérieux de tout individu ne peut lui être soustrait? Là intervient la RDR. Puisqu'on ne peut lutter, alors il nous faut accepter et conjuguer, d'autant plus que nous connaissons tous les conséquences désastreuses résultant de ces comportements. Apparaît alors la nécessité d'avancer une politique de RDR. L'association moteur de la RDR, la communauté asudienne (ASUD Auto support et réduction des risques parmi les usagers de drogues) présente un site complet, sans tabou - toute l'actualité en matière de RDR, infos sur les prods, TSO, RDR, forum...



Liens directs (source: ASUD)

 


13/01/2012

Un goût d'amertume

 

 

 

Septembre 2011.  
 
Après plus de deux mois d'entretiens infirmiers au CSAPA,   on m'annonce une induction méthadone en bas seuil. Le 20, je tape mes derniers rails de Subutex dans les toilettes de la fac. Le 21 abstinence forcée. Le 22, à 14h, induction officielle du traitement méthadone. Dans la petite salle réservée à la délivrance de la méthadone, on me fait boire mes premiers flacons - dans le cadre d'un traitement – 30mg de sirop, un goût amer auquel il va falloir s'accoutumer. 30Mg, pour moi ça n'est rien, pour une personne non dépendante aux opiacés il faut à peine 10mg pour risquer une belle OD. Mais malheureusement pour moi, pas de possibilité de commencer à plus haut dosage, bas seuil oblige, n'ayant pas remplie la totalité des examens médicaux indispensables au passage haut seuil. Il me faudra plusieurs longues semaines d'attente et de courage avant de me voir délivrer les 90mg nécessaires à un dosage confortable. Pour le moment, je suis donc une patiente bas seuil.
Tous les jours, comme le Subutex à la pharmacie, je vais viens chercher ma Méthadone au centre à 14h. Et ça, 6 jours/7.  
 
Au début de ce traitement, je crois en la métha, je la vois comme une solution miracle. Tout le monde le dit, le Sub c'est de la merde, c'est exact, mais une merde qui accroche bien. Avec la métha sirop, pas de risque d'usage détourné. De quoi se remettre sur les rails, et prendre le temps qu'il faut.
Certains ex-toxs qui ont dédié une bonne partie voire toute leur vie à la came refusent d'arrêter la métha, c'est leur béquille, jusqu'à la mort, et je les comprends bien. Je suis de ceux qui pensent
Junkie d'un jour, Junkie toujours, quand on est toxico, c'est pour la vie. Ça parce que nous connaissons l'Héro, nous l'avons aimé, dès la première prise elle nous a enivré, et cet effet qu'elle procure, jamais au grand jamais nous ne l'oublierons, et toute notre vie, jusqu'à la mort, dans les mauvaises passes et peut être même aussi dans les bonnes, il nous faudra lutter contre cette irrésistible envie de nous laisser submerger par la magie de l'H. J'ai toujours pensé que la seule et unique chose qui me sauverait à jamais serait d'oublier pour de bon ce tout premier shoot...

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu