Avertir le modérateur

24/03/2012

La valse des mots

 





Avril 2011

Je profite de cette belle journée pour des retrouvailles avec ma mère. A la terrasse d'un café, nous causons, de tout et de rien, de moi, de cette vie que je m'invente. Avec ma famille je redeviens Asia, la petite fille, la petite soeur, plane un peu mais bien loin de ce monde de camés... Mais ces conneries, ce flot de mensonges, tout ça c'est fini. Mes bras nus dévoile mes cicatrices et marques d'injections, symbole de ma déchéance. Ce qui n'échappe pas à ma mère. "Qu'est ce que c'est ces cicatrices Asia?" Je prétexte des griffures, d'un air non convaincant, ma mère n'a pas le temps d'insister, je crache le morceau. C'est cette came, cette foutue came.
Elle réagit étrangement calmement, alors je me lâche et lui raconte tout, les shoots, les dealeurs, l'univers glauque de la came et par dessus tout, je lui demande de ne rien raconter à mon père.
En cette fin d'après midi je la vois s'éloigner. Quelle chic mère, pas une engueulade! En réalité elle panique, sans rien laisser transparaître, elle imagine sa petite fille retourner dans ce monde de requins, et soudain, elle craque.

Lendemain
G. et moi nous rentrons à l'appart après une magnifique journée passée et une magnifique soirée à venir.
Le téléphone sonne. Un coup de fil. Un coup de fil et tout s'arrête. "Asia je te veux au studio tout de suite.". C'est mon père. Je comprends tout, le film défile déjà devant moi. Ma mère a craqué, elle lui a tout avoué. Je m'effondre contre le mur en criant. C'est impossible, irréel, tout s'effondre, en quelques mots, tout est fini.
Je rejoins mon père au studio, j'aurais voulu fuir, je ne sais ce qui m'a poussé à m'y rendre, tellement j'avais peur, tellement il était fou. Il hurle "Tout ce qui est là tu le ramasses, on rend le studio, c'est fini Asia, tout ça c'est fini! Je vais amener les flics, ils vont venir avec de chiens et ils vont la trouver ta drogue!".
Je fais mes sacs et nous prenons la route, mon père ne s'arrête pas de crier, pas un mot ne sors de ma bouche, pas une larme ne coule de mes yeux, bien que tout ça soit fini, bien que ses mots sonnent le glas de cette vie de bohème qui m'avait tant ranimée...


 


 





Rencontre avec la bande

 


Le lendemain même de l'arrestation de D., je retourne chez A., mon nouveau revendeur.
A. m'ouvre, il n'est pas seul, avec lui, un jeune couple dont je connais le mec de chez D..
J'achète ma dose et taxe un euro à A. pour mon Steribox. Au retour de la pharmacie, je m'envoie mon shoot devant les têtes assez déconcertés des autres. Les connaissances sont faites, à présent, ce petit groupe de quatre se rejoindra au quotidien chez A. Des soirées à se défoncer, came à gogo.
Ma vie prend un nouveau tournant.
Je vis dorénavant la nuit. La nuit, elle s'offre à moi, avec tous ses vices. Mon corps danse au rythme de Nightclubbing. En chaque début de soirée, je traverse cette voie ferrée qui me sépare d'A. et je rejoins la bande. Tout le monde est là et attend qu'A. veuille bien payer son H, et c'est parti! Nous emmerdons le monde, qui lui s'endort bien gentiment jusqu'au lendemain matin. Nous sortons dans les bars de nuits qui nous ouvre leur antre. Mon corps entre en transe, un duo endiablé. Plus rien ne me retient. Avec l'H je me sens moi, sans elle je suis étrangère à moi même.
Je suis dans un autre monde, un monde loin de tous les problèmes, une bulle dorée, déconnectée, un rêve éveillé.


 


 





08/03/2012

Tableau noir

 


C'est la semaine de Noël. Les rues grouillent de gens, de gens heureux, les bras transportant de beaux paquets. Ils rient, partagent, se hâtent.
Je ressasse ces difficiles derniers mois, les médocs, l'alcool, les déboires familiaux, les déboires amoureux... et je me sens terriblement seule. L'homme que j'aime, à qui je m'étais tant attachée et qui m'avait tant aidé est à présent dans les bras d'une autre. Que vaut ma vie à présent?
Il me reste elle, et c'est pour cette raison que je lui livre mon existence sans regrets, abandonnant pour elle mes rêves et projets les plus fous. Mon héroïne.
Je me barricade dans mon petit 25m², allongée sur ce lit, dans un autre monde, loin de celui que j'ai tant haït, celui où j'étais seule face à tous. Que m'importe si c'est le prix à payer pour survivre.

Rien ne fut plus noir comme tableau que cette fin d'année 2010. Seuls instants de bonheur que ces moments où ce liquide marron se déverse dans mes veines. Je ne crois plus, plus en rien ni personne, si ce n'est elle.

Ne me lâche pas, toi.


 


 





 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu